Dernier épisode de cette petite histoire de scrum, variation sur un thème bien connu.

Notre itération avance. Nous arrivons le vendredi de la deuxième semaine. L’après-midi c’est la revue que l’on appelle aussi la démo, mais on ne fait pas une démo, on fait la revue du travail réalisé, c’est différent, donc je préfère revue. Non pardon : pas du travail réalisé, du travail fini. Fini : testé, validé, qui respecte la définition de fini et qui a été validé par le product owner.

À 14h et pendant disons 45 minutes on va donc faire la revue (que l’on peut préparer un peu avant, à la fin de la matinée, si on est bon élève, quelqu’un de bien, pas un vaurien, un bad boy). Durant celle-ci on montre le travail fini. Et seulement celui-ci. Pas question de montrer quelque chose en cours. Ce qui est en cours ne sera peut-être jamais fini, ou différemment. Et pour avoir de bons débats, de bons arbitrages, une vraie visibilité, un vrai feedback (rigolo le feedback, on n’a pas de terme français vraiment adapté, c’est symptomatique. J’aime bien le lien avec l’apprentissage) : bref, on montre ce que l’on a et PAS ce que l’on a PAS. Mais pas d’intermédiaire. On nous prend toujours pour des cowboys hippies mais sur ce point nous sommes binaires. La lecture du projet/produit est ainsi éminemment facilitée. Et comme les éléments finis peuvent potentiellement être mis en production on sait exactement ce que l’on a et ce que l’on a pas. Pas de flou artistique sur 80% d’une fonctionnalité en cours : cela ne veut rien dire.

Ainsi que se passe-t-il durant les 30/45mn de la revue ? Disons qu’il y a une ouverture de 5mn : “voilà l’état des lieux, voilà sur quoi nous nous sommes projetés pour cette itération, voila l’état de nos plate-formes et de nos tests automatisés. Naturellement à tout moment vous pouvez vous connecter à la plate-forme d’intégration continue pour jouer avec notre produit”. Puis on fait la revue des choses finies, le mieux c’est que cela soit le product owner qui le fasse (du coup les premières itérations a minima, qu’il sente bien qu’il appartient à l’équipe, et que quand il valide il pense à sa revue…). Donc la revue surtout au début est portée par le product owner (après une autre personne peut le faire, quand le pli est pris). Naturellement aucun slide, on veut des choses finies, on montre des choses finies, sur du réel. Si on ne peut pas montrer, on ne peut pas faire. Soyez inventifs.

Si dans la définition de fini il y a marqué haute disponibilité comptez sur moi pour débrancher le serveur en direct avec tout le monde, normalement la revue peut continuer sur un autre serveur puisque nous disons que nous faisons de la haute disponibilité. Ou si il y a marqué dans la définition de fini : apps mobile et site web, comptez sur moi pour arrêter la revue sur le site et demander à la voir sur l’application mobile. Je sais ces scénarios sont durs pour l’équipe, mais c’est tellement mieux de se trouver en défaut pendant une revue que en production. Et on se retrouve tellement plus zen quand on a poussé le niveau de qualité jusqu’au bout. Et on gagne tellement en vitesse quand cette qualité offre une base solide. Ainsi pendant ~20 minutes le product owner fait la revue des réalisations finies (qu’il a validé au fil de l’eau lors de l’itération), et demande du feedback. C’est le lieu du feedback la revue. Que les gens parlent maintenant ou se taisent à jamais (pour le meilleur et pour le pire…). Ils ne pourront ne devraient pas dire qu’ils ne savaient pas. Les 5/10 dernières minutes de la revue s’ouvre sur la suite : on propose un plan de release (qui est remis à jour toutes les itérations) et qui projette la réalisation estimée sur un calendrier. On a observé une cadence, on la reproduit, et cela nous dit où nous devrions être à telle ou telle date. C’est très efficace, et cela marche relativement bien : pas d’estimation mais la reproduction d’une cadence observée, cela marche relativement bien aussi car la lecture est claire : ce que l’on a on l’a, et ce que l’on a pas, on ne l’a pas. Et comme tous les éléments sont découpés par avoir du sens de façon assez autonome, la lecture de l’état des lieux du projet/produit est efficace. À cela je rajoute qu’il ne devrait pas y avoir de bug, et que nous appliquons la définition de fini qui prend en charge les éléments clefs du projet/produit (charge ? performance ? etc.) donc pas de surprise.

Et si vraiment on découvrait un bug lors de la revue ? Ca arrive, rarement normalement, mais ça arrive. Il vient se placer en tête du backlog, de l’expression du besoin, et on le traite donc en priorité 1. Enfin, c’est ma philosophie, après le product owner peut décider différemment tant qu’il assume.

Autre sujet, la revue est l’occasion pour tous les gens concernés
notamment les sponsors d’être au courant. Une demi-heure toutes les deux
semaines. Si malgré tout personne ne vient, proposez d’arrêter le
projet/produit. Il va s’ensuivre un dialogue de ce genre avec le sponsor
“Nous avons arrêté le projet”, “Quoi ? Pourquoi ?”, “Personne ne vient aux revues, c’est qu’il n’est pas important, autant se concentrer sur les choses importantes”, “Mais si il est très important !”, “Attendez je ne comprends pas soit il est très important et les gens viennent une demi-heure toutes les deux semaines, soit il ne l’est pas et autant l’arrêter”. Naturellement c’est plus facile à porter comme dialogue pour un externe comme moi, mais croyez moi, ça marche.

45 mn, 30mn, les 45mn sont une boite de temps hein. Tous les rituels de scrum sont des boites de temps : on peut faire plus court, mais on ne dépasse pas (la durée de l’itération, le sprint planning, etc.). On apprend à fonctionner de façon optimale dans ce cadre, dans cette boite. Et chaque boite se déroule au même moment, avec le même objectif, les mêmes éléments en entrée, et les mêmes éléments en sortie. D’où l’idée de rituels. Pas la peine de sacrifier de chèvre.

Là une sorte de mur Scrum et Kanban qui parait bordélique mais qui marchait assez bien (cliquez pour agrandir).

Sorte de Scrum & Kanban

Petit moment de relaxation après la revue, puis c’est le tour de la rétrospective.

La rétrospective est un sanctuaire, elle est réservée à l’équipe (les développeurs – dans le sens réalisateurs – du produit –dans son ensemble, pas que le code–, le product owner, le scrummaster). Pour s’améliorer il faut se parler franchement, pour parler franchement au sein de l’équipe, il faut savoir que les débats vont rester entre nous, et qu’aucune personne extérieure ou manager n’est présente. Cependant si l’équipe le demande, tout reste permis.

La rétrospective c’est le lieu donc de l’amélioration continue, pour cela il faut s’interroger. Généralement pour deux semaines d’itération, la rétrospective dure 2h. Les premières 20mn sont consacrées à se rappeler ce qui s’est passé durant les deux semaines écoulées (une ligne de temps avec les faits par exemple), puis l’heure suivante sert à s’interroger, faire émerger les questions, les succès, les échecs, les frustrations, les plaisirs, etc. On prend 5/10mn pour choisir ce qui nous interpelle le plus : soit le point douloureux que l’on veut résoudre, soit le point positif que l’on veut propager. Puis on passe la dernière demi-heure à trouver comment le résoudre, ou le propager, de façon factuelle, mesurable, réaliste durant les deux prochaines semaines. Les embûches de la rétrospective : a) vouloir changer le monde en deux semaines, se lancer dans cinq améliorations dans les dix prochains jours, irréaliste et frustrant, mieux vaut se focaliser sur un seul point ; b) ne jamais changer de format, toujours les mêmes conversations et points de vue reviennent, irritant et frustrant, c’est le boulot du scrummaster de manipuler différents formats qui feront voir les choses sous des angles nouveaux régulièrement ; c) trop se focaliser sur les aspects négatifs à améliorer : se focaliser sur les points positifs et les propager c’est tout aussi efficace, voire plus ! ; d) Se donner un plan d’action simple et réaliste qui puisse être porté par l’équipe, et pas un plan compliqué, non mesurable, qui est lié à des gens externes, c’est frustrant et inutile.

Voilà, lundi ça recommence : sprint planning première partie, 2h30, on se projette sur un ensemble d’éléments à réaliser, l’après-midi l’équipe découpe en tâches, on fait le burndown et le burnup, que l’on suit dans la semaine, tous les jours on a notre daily standup, le product owner valide au fil de l’eau les user stories, une ou deux réunions d’affinage (backlog grooming) permettent d’anticiper le prochain sprint planning, notre corpus de tests automatisés s’enrichit, deuxième vendredi revue et rétrospective. Puis le lundi après sprint planning, et ça repart. Un Scrum bien appliqué dégage une forte impression de cadence et de rigueur, presque comme le Taylorisme. Sauf que les équipes sont maîtres de leur destin. Ca change tout. J’ai l’habitude de m’amuser à dire que si vous débranchez des équipes scrum vous avez des poules sans tête : où est mon daily ? Sur quoi on travaille pour les deux semaines à venir ? pour renforcer l’idée de cadence. Cette cadence on l’aime ou pas, il faut des cycles de relâche. Ne soyez pas surpris si tous les six mois, comme une équipe de sport, votre équipe Scrum a besoin de repos. Laissez là faire. N’oubliez jamais le rythme soutenable. Et que l’on ne va pas plus vite en allant plus vite mais en allant différemment.

Cette rigueur est présente car l’outillage Scrum est compact, dans la tête.

Quand plusieurs équipes cohabitent ? Et bien je suggère de ne pas les synchroniser au niveau calendaire. C’est mon vécu, et je n’ai pas vu l’inverse fonctionner aussi bien. Pourquoi ? Je fais primer la présence des sponsors et des utilisateurs finaux lors des revues avant toute chose : l’apprentissage, le feedback. Impossible d’avoir ces personnes qui suivraient 10 équipes, soit 10 fois 45mn dans une même journée. Trop lourd, indigeste. A ceux qui défendent l’idée qu’il suffit de faire 2 heures pour l’ensemble des équipes : j’y trouve un manque de respect et manque de responsabilisation des équipes, c’est mon expérience, mon point de vue. Donc je m’oriente plutôt vers des alternances de semaines, de jours, pour permettre à toutes les revues d’avoir une vraie existence, avec de vrais sponsors, client finaux (potentiellement), et un vrai feedback/apprentissage.

Articuler plusieurs équipes ? On utilise généralement des plan de release consolidés et/ou un kanban portfolio.

Articuler une organisation autour d’un produit ou projet en scrum ? de l’holacratie ? votre propre saveur d’entreprise libérée, au choix. Mais n’oubliez pas les bases de ce monde complexe.

Une transformation agile ?

Des rétrospectives ?

Les trois épisodes de la série et le guide de survie :

Pour finir, Scrum, on s’en fout. Kanban on s’en fout. XP on s’en fout (mais ça tout le monde le dit malheureusement). Avant toutes choses pensez aux fondations : l’intention et l’attitude de ceux qui ont le pouvoir dans l’entreprise et les moyens physiques de vos équipes et produits: co-localisation ou véritable espace virtuel, type de produit, de marché, de déploiement, etc. Après Scrum, Kanban, XP sont des outillages aboutis, aiguisés, qu’il est très bien d’utiliser pour faire la différence.



scrum review revue retrospective scrummaster productowner daily