Début janvier 2012, un groupe de personnes s’est réuni en Suisse, à Stoos, dans le but de renouveler la façon de diriger (management) de nos compagnies et organisations, faisant le constat que l’état des lieux n’était pas reluisant. Voici le communiqué en français qu’il nous délivre (traduction commune de plusieurs personnes), puis mes commentaires sous ce texte.

Au passage et avant ce texte, nous avons traduit celui-ci par le biais d’un google doc, je rappelle que c’est vraiment un outil très utile pour une manipulation simultanée en commun. J’ai cependant découvert que depuis le début de la traduction celle-ci n’avait pas cessée de changer, de se transformer, d’évoluer. Et au bout d’un moment, pas forcément en mieux. Une sorte d’entropie naturelle… les microchangements on fait perdre du sens au texte (à mes yeux). Je prends donc le parti de vous proposer le texte de la révision du 9 janvier à 22h30 (à l’heure où j’écris ces lignes, il y a eu 8 changements depuis…).

Le réseau Stoos

Aujourd’hui, si on réfléchi à la manière dont sont gérées les organisations, on constate que la situation n’est vraiment pas brillante. On y observe trop souvent des raisonnements simplistes appliqués de façon mécanique, les entreprises étant bien plus intéressées par le prix de leurs actions que par le bonheur de leurs clients, et des employés - ceux qui possèdent la véritable connaissance du métier - dont les préconisations sont généralement ignorées par leurs chefs. L’actuelle crise économique n’est que le résultat et le reflet de cet état des lieux : les inégalités s’accroissent, les faillites se multiplient, et partout la désillusion se répand.

Il doit y avoir une meilleure façon de faire.

En janvier 2012, nous - un groupe de 21 personnes aux profils variés dont des cadres supérieurs, des managers, des business strategists, des universitaires, et des acteurs du développement agile et lean, en provenance de 4 continents - nous sommes réunis à Stoos, en Suisse. Nous pensons avoir trouvé des pistes, une base commune pour obtenir cette meilleure façon de faire. Par exemple, nous croyons que les organisations devraient se transformer en un réseau apprenant composé de personnes amenées à créer de la valeur et que le rôle des leaders devrait être de soutenir cet organisme vivant plutôt que de le gérer comme une machine.Plus important, nous nous engageons à continuer notre travail, notre réflexion, ici et en ligne. Un défi de cet importance nécessite beaucoup de coeur et d’idées. Nous aimerions entendre votre voix et connaître votre expérience. Aidez cette réflexion à avancer en nous rejoignant sur le groupe Linkedin et sur twitter avec le hashtag #stoos.

Entamons notre mutation avant qu’il ne soit trop tard.

[ Le lien vers le document mutant et officiel]

C’est donc le départ d’une initiative passionnante et probablement salutaire. En tant que membre fondateur d’une petite société de conseil (9 membres à ce jour) : smartview, j’essaye depuis le début de l’aventure d’appliquer l’idée générale des valeurs défendues par le stoos network, car elles sont aussi les miennes. J’y arrive, mais pas toujours. Je progresse, comme tout le monde. Ca aussi, comme d’habitude, c’est passionnant : devoir confronter ses idées à la réalité.

Les idées lancées par Stoos ne me paraissent pas si originales ou novatrices que cela (je suis gonflé, je dois juste ne pas avoir assez de recul ou de neurones). Mais peu importe, là n’est pas l’important. Pour une fois elles sont “officialisées” et un mouvement et une réflexion de plus grande ampleur ont démarrés. Je vous encourage à les rejoindre.

Seul bémol, le groupe à l’origine du Stoos network semble attendre suite à la dynamique qu’il a généré au sein du “réseau” (de nombreux inscrits au groupe linkedin, des tweets en pagaille, etc.) qu’il produise lui-même des résultats. En accord en cela avec la grande idée que c’est ce réseau organique qui a le vrai pouvoir et qui peut générer de la valeur. Mais cette attente de création ex-nihilo (à partir de rien) parait quelque peu artificielle. Nous manquons d’appui concret, et nous aurions envie que justement ces personnes présentes à Stoos nous montrent comment avancer. On pourrait croire que nous nous plaçons toujours dans l’ancien modèle attendant “du haut” les bonnes indications. Mais pas du tout, l’impression donnée est plutôt : nous avons réfléchis, maintenant les gueux, agissez… J’attends aussi de ces personnes qu’ils agissent comme des mentors, par l’exemple. Ce n’est qu’un bémol, et je suppose qu’il sera vite balayé par des actions concrêtes à venir. Si je peux y contribuer je le ferai, si vous le pouvez, n’hésitez pas.

Le  stoos network s’étoffe au fil des jours. Consultez les idées déjà émises, participez.

 



conference