Le product owner contre attaque

Are You Agile ? jeu. 27 septembre 2012

Stratège

Le temps a filé, comme d’habitude, et Alexis n’a pas chomé, comme d’habitude. Depuis notre dernière conversation il a travaillé sur un ebook qui ne tardera pas à sortir. Mais je dois vous redonner un peu le contexte. Alexis écrit depuis de longue date au sujet du poker, des échecs ou d’autres jeux, comme Mémoire 44 (© Days of Wonder 2011) (jeu de stratégie de type wargame). Non content d’écrire il édite: Praxeo, sa maison d’édition est reconnue dans son domaine, je vous encourage à passer sur son blog. Quand nous nous sommes croisés au cours de l’une de mes missions, les discussions autour de la stratégie et de la tactique du product owner ont ravivé un longue article enfoui qu’il n’avait jamais achevé…jusqu’à présent. Le croisement de nos deux univers : management de produits en agile, management d’organisation, et stratégie et tactique de grands champions (de jeux, de champs de bataille, etc.) n’est pas nouveau (beaucoup de citations de Sun-Tzu un peu partout), mais l’approche proposée par Alexis est originale. (Alexis me glisse : Sun-Tzu est un joueur de GO, Clausewitz un joueur d’échec, leur approche est donc inverse, allons au delà).

ebook

Nous voilà donc 3 mois plus tard. Excités par nos débats, Alexis s’est replongé dans cet article inachevé qu’il a transformé en ebook (jusqu’à présent 80 pages passionnantes, probablement plus au final car je détiens une version encore incomplète). (Je tweeterai naturellement dès sa parution officielle). Cet ebook est encore très orienté jeux (go, échec, mille bornes (!), etc.) mais on y trouve déjà d’autres pistes : management d’entreprise, gouvernance politique, etc.

Dans le précédent article Alexis a proposé de ramener ses analyses à deux systèmes :le système de comptage et le système de mort subite. Aujourd’hui j’aimerais rappeler ces éléments en essayant de trouver des exemples évocateurs et quelques scénarios ; puis évoquer un élément qui a fait partie de nos discussions (et qui est abordé de façon plus précise et plus efficace dans cet ebook) : le point d’inflexion.

Exemples de système de comptage

Premier cas de figure : trésorerie solide et domination du marché.

Si je projette les propositions de Alexis le monde de l’entreprise, dans mon monde agile, un product owner avec une bonne visibilité (c’est à dire une trésorerie en bon état, pas "d’urgence") est assimilé à un joueur de GO, il joue avec un système de comptage (c’est celui qui aura le plus de points qui gagnera, il n’y a pas de "but en or"). En position de force il consolide son emprise sur le marché. Par exemple Microsoft fin 90, en retard sur le web mais en position dominante et sans risque financier, se rattrappe avec IE alors que Netscape lui taille des croupières : il consolide.

Deuxième cas de figure : trésorerie solide mais pas de domination du marché.

Le product owner de Google au milieu des années 2000 n’a pas non plus de problème de trésorerie mais à l’inverse il n’est pas dominant sur le marché (pas encore…). Nous sommes toujours en système de comptage mais nous sommes en retard, il faut prendre des risques : on essaye de nombreuses pistes (google wave, gmail, google desktop, google maps, google answers, etc.), certaines vont fonctionner d’autres non. Mais la prise de risque est indispensable, et permise par le système de comptage/la trésorerie (pas de mort subite en vue).

Exemples de système de mort subite

Vous êtes en système de mort subite quand votre trésorerie ne vous permet pas d’avoir une bonne visibilité. La faillite est

potentiellement au bout de la route.

Troisième cas de figure : trésorerie à risque (faillite possible), et domination du marché.

Troisième cas de figure donc, vous êtes dominant sur le marché mais votre trésorerie n’est pas assurée (nous sommes aux échecs, le roi peut se faire prendre or il faut à tout prix empêcher la prise du roi). Si vous êtes dominant et sans garantie financière, vous devez rester dominant. Continuer à faire la course en tête. A l’inverse du système de comptage il faut donc continuer à prendre des risques, continuer à tenir le marché, on garde son avance. Réflechissez à ces startups qui font émerger de nouveaux secteurs (et donc prennent une position dominante dessus) sans avoir de sécurité financière. Elles doivent continuer à prendre des risques, continuer à tenir le marché jusqu’à que leur trésorerie leur permettent de passer en système de comptage. Facebook ? (est probablement passé depuis en système de comptage…), Linkedin (est passé en système de comptage comme le prouve sa nouvelle interface "twitter", dominant et avec de la trésorerie, désormais Linkedin consolide), "Les copains d’avant" (n’a pas réussi à passer en système de comptage et s’est fait doublé, n’est plus dominant sur le marché), Realplayer ? Flash ? qui est dominant sur le marché mais n’a pas forcément de trésorerie associée devrait attaquer beaucoup plus…sauf si nous avons déjà basculé dans le dernier cas de figure.

Quatrième cas de figure : trésorerie à risque (faillite possible) et pas de domination du marché.

Dans ce dernier cas de figure notre entreprise n’a pas de garantie financière (le roi peut se faire prendre), et n’est pas dominante sur

le marché : elle doit consolider, elle doit survivre. On doit d’abord s’assurer de la survie du roi avant d’envisager une prise de risque. J’évoquais Linkedin, Viadeo est son pendant : il n’est pas dominant sur le marché et a du/doit s’assurer un fond de trésorerie pour passer en système de comptage avant de repartir à l’assaut de Linkedin.

Imaginons que vous êtes le product owner de Viadeo (tout ceci n’est que supposition, je ne connais pas cette société) vous avez d’abord consolidé vos acquis pour permettre à votre compagnie de solidifier sa trésorerie, puis vous vous êtes lancé à l’assaut du leader (Linkedin) par le biais de l’innovation/prise de risque. Si cela a échoué il est probable que cela a mis à mal vos finances et vous devez peut-être à nouveau consolider vos acquis. Si cela a réussi vous êtes devenu leader et vous devez consolider ce qu’il manque à votre portefeuille de fonctionnalités (observer les non dominants et leurs prises de risque qui aboutissent).

Le point d’inflexion

Comme vous l’avez noté on comprend qu’une entité passe d’un système à l’autre. Mais même dans un cycle court, et dans vos projets, cette bascule a lieu. C’est par le biais du mille bornes et d’un dialogue entre enfants que Alexis va introduire une notion bien connue ou à défaut souvent ressentie par les product owners : le point d’inflexion. Il insiste sur le côté intuitif de cette inflexion (et quoi de plus intuitif que des enfants ?), je constate aussi cette intuition chez les product owners.

Si je résume la démonstration de Alexis, lors d’une partie de mille bornes vous êtes en système de comptage. Donc dominant vous consolidez (mettre des bornes), non dominant vous prenez des risques (attaque : cartes qui freinent, entente entre les joueurs, trahisons, etc, tout ce qui désarçonne, fait changer le cours du jeu, permet de changer les positions -car vous n’êtes pas dominant-). Au début tout le monde est a égalité et se sent dominant, tout le monde consolide en plaçant des points. C’est quand l’un des participants se détache franchement que cette stratégie est remise en cause. Mieux vaut alors le freiner : système de comptage en étant non dominant : prise de risques (comme évoqué ci-dessus, n’importe quoi qui remette en question la domination du leader). Mais si cela devient urgent (notion temporelle !) c’est que l’on est probablement passé en système de mort subite. On a passé le point d’inflexion. Si désormais on ne stoppe pas le leader on perdra. Et donc désormais on consolide. il ne faut pas mourrir. Les alliances deviennent évidentes : tous contre un. Les priorités aussi : tout pour stopper le dominant. Il n’y a pas/moins de prise de risque : les réponses sont évidentes, il faut consolider.

Naturellement vous avez vécu cela si vous êtes product owner. Au début du projet/produit on prend des risques, on prend des positions, on test des pistes, des fonctionnalités, des technologies/approches innovantes. Mais vient le moment de la release (notion temporelle !) où il faut consolider. On est passé d’un système de comptage à un système de mort subite. Vous n’êtes pas dominant sur un marché : vous devez prendre des risques, innover, tenter, surprendre, etc. Mais quand approche le temps de la release il faut consolider vos acquis. Il faut "sacrifier la section faible" pour reprendre une expression que Alexis affectionne, solidifier, consolider, quitte à abandonner, trancher. Risque de mort subite, nous ne sommes pas en position de force, on consolide.

Product owners vous devez vous interroger : êtes vous en système de comptage ou de mort subite ? Etes vous dominant sur votre marché ? (votre marché pouvant se définir de bien des façons, on peut imaginer le marché interne de l’entreprise). Quelle est donc la bonne stratégie à utiliser ? A quel moment devrait se situer le point d’inflexion ?

Dans le prochain article (le retour du product owner) sur cette thématique j’évoquerais "le calcul de Pascal" tel que me l’a décrit

Alexis (et peut-être le mode Berserker des startups, une discussion hilarante entre nous !). Mais naturellement je vous encourage à vous

ruez vous sur le ebook que j’évoquais dès qu’il sera disponible (surveillez Praxeo à ce sujet).

L’article précédent était  : Introduction à la stratégie du product owner

Publications & Supports

Quelques écrits un peu plus pérennes que les autres.

La horde agile

Qu’est ce qui fait de l’homme, l’homme ? Observons nos ancêtres qui parcouraient la Savane. Nous n’avions ni dents acérées, ni muscles proéminents, encore moins une rugueuse carapace. Et pourtant nous avons émergé et finalement dominé le monde. Pourquoi ? parce que nous avions cette culture de l’adaptation en milieu complexe. Avec Descartes et les Lumières nous avons un peu oublié cela. Nous avons une réponse cartésienne à chaque question. Et nous pensons que le monde marche ainsi. Mais ce n’est plus le cas : interdépendance, connectivité totale, immédiateté, simultanéité, globalisation, le monde est de nouveau imprédictible. Aujourd’hui que peut nous enseigner notre vieille horde ?

La horde agile, PDF
La horde agile, Epub (ebook)

Supports des séminaires & conférences

Chez Speakerdeck pour les slides ; et Vimeo pour les vidéos.

Le grenier à outils

C’est dans le grenier que je stock les éléments persitants ou récurrents comme par exemple : Peetic (un scénario qui permet d’outiller mes formations), le scrumshot pour évoquer scrum, ou "la scierie des pratiques", (un jeu pour discuter sur nos pratiques), des supports et slides de formations, etc.

La crypte

Je range dans la crypte des vieilles choses qui n’ont pas de liens avec le blog si ce n’est que c’est moi qui les ai réalisées. Elles ne sont pas non plus liées à l’agilité, quoique…

Missions & Formations

Je vous accompagne en mission 75% du temps, et en séminaires ou formations 25% du temps.
Les Formations les plus courantes se trouvent ici, mais vous pouvez demander du à façon en utilisant
le formulaire de contact.

Une mission typique sur 6 mois demande 15 jours en général (je suis contre l'accompagnement à plein temps qui freine la conduite du changement), mais vraiment... cela dépend du contexte.

Mon périmètre
Management organisationnel, conduite du changement, agilité.

A propos

Blog maintenu par Pablo Pernot @pablopernot de smartview.
Agent provocateur
de changements ? d'idées ? d'émotions ?
Paris & Montpellier.

Pour mieux me connaitre, jetez un dé à six faces, et piochez la citation :

  1. Aucun plan ne survit au premier contact avec l’ennemi —Von Moltke
  2. Je refuse de faire partie d’un club qui m’accepterait comme membre ! —Groucho Marx
  3. L’enthousiasme fait les compétences —auteur inconnu
  4. On a deux vies, la deuxième commence quand on découvre que l’on en a qu’une seule —Confucius
  5. Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait —Mark Twain.
  6. Trop de sages femmes, le bébé est mort —proverbe roumain

Archives

2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009