Pablo PernotMe myself and I
Shadok

Je reviens sur cette user story technique qui comme le chewing-gum semble s’être agrippée aux godasses de plusieurs. Je rebondis sur quelques conversations twitter sur et sur l’article de Damien qui a eu la gentillesse de me répondre et de faire référence à mon précédent article. Et qui plus est, propose potentiellement une table ronde / atelier-débat à agile france 2013 sur le sujet (je ne sais pas si cela se fera).

Je rappelle un truc fondamental : ce que je présente c’est mon avis aujourd’hui. J’essaye de l’expliquer, de le confronter. Je peux me tromper. Je peux me tromper souvent. Je peux changer d’avis, je peux ne pas changer d’avis. Etc. etc.

KISS de la pensée

Dans ma façon d’aborder les sujets j’essaye de respecter le “KISS de la pensée”. Keep it simple stupid. Ce mojo agile veut dire tout simplement, et vous l’avez compris : qu’à mon avis, pour s’en sortir, il faut réussir à synthétiser une pensée simple (KISS est généralement utilisé pour le code, d’où l’analogie). Une pensée simple ce n’est pas penser simplement, c’est ramener une pensée à une esthétique simple, à une conceptualisation élégante, mais pas dans le sens raffinée, dans le sens dépouillée, épurée. C’est la seule façon d’évoluer sainement dans notre monde complexe il me semble. Si on arrive avec un système de pensée compliqué, on se noie. En tous cas, c’est mon cas. Je dois manquer d’équipement.

Bref c’est peut-être principalement à cause du “KISS de la pensée” que je diffère un peu de mes compagnons (Damien, Claude, etc.). Là ils cherchent en toute bonne foi des solutions, des ouvertures, des alternatives, je m’y refuse, où du moins j’essaye de répondre différemment.

Déviances pour des déviances

Damien évoque des projets avec une grosse dette technique (que nous croisons tous malheureusement). Il invoque ainsi la nécessité sous couvert de bénéfices de user stories de refactoring aka techniques. Mais c’est que le refactoring est lourd là ! et qu’il n’aurait pas pu être anticipé (là je demande à voir malgré tout… et quid du refactoring tout au long du dév ?). Je ne souhaite pas justifier des déviances (user story technique) par des déviances (on a une énorme dette technique), sinon c’est le début de la fin.

Oui mais Pablo, là on est bloqué alors quoi ?

Je rappelle ce que j’ai écrit précédemment : vous pouvez faire des user stories techniques à condition que cela vous démange, vous gratte, et que vous vous interrogiez pour que cela n’arrive plus à l’avenir ou s’attenue fortement.

Dans le cadre du très gros projet nécessitant du refactoring évoqué par Damien dans une optique KISS et pour aller au bout de la démarche : faite du coeur du projet le refactoring. Le projet n’est plus qu’un projet technique. Son métiers est devenu la technique. Satisfaire le PO et les parties prenantes c’est refactoriser.

Ce n’est pas tricher, c’est penser différemment. Soit on n’inclut pas des user stories techniques dans un backlog, soit on décide que l’intégralité du projet est technique. KISS. Les autres solutions sont des aveux d’apprentissage, d’échec, des pis-allers (et ce n’est pas un drame aussi… bon sang). Les autres solutions vont vous apprendre à “malapprendre”, à “malpenser”.

Naturellement je ne suis pas pour cette solution. Mon vécu me fait penser que revoir uniquement techniquement une énorme application est souvent voué à l’échec (note pour les lecteurs : je me trompe souvent). Ce n’est pas la pensée, la culture agile, à mes yeux. Mieux à mes yeux : on reprend, itérativement, une application, et donc les user stories techniques n’existent pas et la question technique est traitée sous couvert d’aspects fonctionnels. Finalement je ne change pas d’avis :)

Long terme et ROI

Damien

Je cite Damien : “Le rôle du PO n’est pas de satisfaire les utilisateurs. Il est de maximiser le retour sur investissement du produit. La différence, pour moi, se situe à deux niveaux : la prise en compte de l’ensemble des parties prenantes au projet, d’une part, et la prise en compte du long terme d’autre part”.

Long terme et ROI pour justifier des user stories techniques ? Je ne comprends pas.

Naturellement que les aspects techniques doivent prendre en compte ces objectifs. En quoi cela justifie-t-il des user stories techniques ? Non je ne comprends pas. Au contraire j’insiste sur la liberté qui est du coup donnée aux aspects techniques en les libérant du fardeau de la justification : une user story est métiers MAIS vous êtes les garants techniques de la pertinence technologique, de sa mise à jour continuelle (refactoring), et son évolutivité, etc. La user story technique est morte, vive la technique !

Pas de tyrannie

David

Désolé David, j’ai échoué. Je n’ai pas mis FUN dans mon post. Mais j’ai l’impression que tu t’arc-boutes sur tes souffrances de “tech”. Je ne veux pas, peux pas, te convaincre. Je te dis juste que de mon expérience (ce que j’ai vécu) cette approche est vécue comme une libération et une réappropriation d’un vrai statut pour les devs/techs, etc. Il ne doit pas y avoir de tyrannie du métiers et il ne doit pas y avoir de tyrannie de la technique. C’est presque finalement la meilleure justification de ce mal aimé de scrummaster.

Cette “peur”, “frustration”, “dégout” que tu décris, je l’ai aussi croisé dans le “camp d’en face” (le métiers). Donc encore une fois : Il ne doit pas y avoir de tyrannie du métiers et il ne doit pas y avoir de tyrannie de la technique. Chacun a sa place dans cet écosystème.

Cependant, on règle cela autour d’un bras de fer à agile open sud.

JB

Quelques tweets avec JB dont j’ai repris le contenu plus haut. Le lien qu’il évoque de Jim Highsmith. Pour moi on est tout à fait là dans la justification de déviances par d’autres déviances. Il faut reprendre les problèmes à la source, tout simplement. Donc les arguments de Jim Highsmith, oui… mais non. Il a raison, mais ce n’est pas notre sujet. Il décrit des déviances. Je décris mon mode de pensée (agile j’espère).


Hommage

Il faut finir cet article par un hommage appuyé à mon premier 45 tours (à moins qu’il n’eut s’agit de I was made for… nooooooooonnnnn) .