Pablo PernotMe myself and I
Shadok

Qu’est ce que l’agile ? Si je résume mon point de vue ces temps-ci c’est une culture de l’évolution en milieu complexe. Dans ce cadre complexe, l’agile propose des réponses pragmatiques : une approche souvent itérative qui conclue ses cycles par des états “finis” (sinon l’itératif n’a pas assez de sens). A cela il faut ajouter une notion très importante, fondamentale, qui lui vient en grande partie de l’un des ses papas idéologiques, lean : la valeur, le pourquoi nous faisons les choses. L’approche souvent itérative est donc priorisée par cette valeur. On fait les choses de façon itérative, elles priorisées par valeur, avec un état fini en fin de cycle (c’est fondamental je le rappelle). Bien voici des bases posées, loin d’êtres complètes mais qui appuieront mon petit débat.

Mais cette valeur c’est quoi ?

Dans le contexte souvent concurrentiel dans lequel j’évolue, celui d’un marché en compétition, je résume celle-ci à 3 grandes familles. Généralement on trouve cette valeur en s’interrogeant sur le pourquoi. Donc habituellement je propose à titre d’exemple 3 grandes familles (non exhaustives) :

  • le cash, l’argent, que ce que nous faisons rapporte : si je délivre telle fonctionnalité je pourrais gagner $$$. C’est bien car la mesure est très efficace.
  • l’image, la communication : si je délivre cette fonctionnalité je me rendrai visible, je prendrai position sur tel ou tel marché, je comblerai un déficit concurrentiel, etc.
  • une performance : c’est la première fois que ce service/fonctionnalité est délivré sous cette forme, c’est la première fois que nous pouvons aussi rapidement faire…, c’est la première fois que nous pouvons agréger ces différents types de données, etc.

Vous pouvez avoir d’autres sources de valeur, ce ne sont que des exemples très courant, les principaux à mes yeux, dans mon contexte. On pourrait envisager des ONG dont la valeurs est de : distribuer le plus rapidement possible leurs stocks, permettre un accès à certains médicaments à un plus grand nombre, etc. Comme je vous le disais ma liste n’est pas exhaustive. Mais même mes deux précédents exemples entrent malgré tout dans ma troisième famille : performance.

Une User Story doit exprimer de la valeur

Il est donc essentiel. essENTIEL. ESSENTIEL que les user stories (le formalisme de l’expression du besoin le plus commun dans l’agilité) expriment cette valeur. On dit généralement : “…de façon à [mettre ici la valeur que la user story devrait générér]”. Or, et c’est là que je reviens au sujet de ce post, qu’est ce qu’une user story technique ? C’est un aveu d’échec car c’est une user story sans valeur. Ouvrez les vannes à laves incandescentes : la technique pour la technique n’a jamais de valeur. Donc une user story technique n’a pas de valeur.

Mais Pablo tu ne nous as pas vraiment dit ce qu’était une user story technique. Ah pardon. Une user story technique c’est une expression de besoin qui couvre un besoin technique : on doit déployer tel type de composant technique, on réécrit tel fonctionnement technique, on doit remplacer tel type de librairies. Deux nouvelles mauvaises raisons pour les user stories techniques (la première étant qu’elles ne possèdent pas de valeur) :

  • On a pris du retard et on refactorise. C’est dommage le refactoring cela devrait être tout le temps. ca arrive à tout le monde de prendre du retard, moi le premier, il n’empêche, c’est dommage.
  • On estime que le morceau technique a réalisé est trop gros pour être intégré au sein de la réalisation d’une véritable user story, une user story avec de la valeur, une user story métiers.

La bonne façon agile de traiter la technique

La technique c’est le moyen, c’est le comment. Ce n’est pas le pourquoi. Ce n’est pas la valeur.

Il faut que ces aspects techniques soient traités sous couvert de traitement d’un besoin métiers, qui lui a de la vraie valeur. En tant que tel client, je souhaite pouvoir blablabla de façon à avoir telle ou telle valeur. La réponse, le comment, apportée à cette demande met potentiellement en oeuvre des aspects techniques forts : utilisation de tel ou tel composants, etc. La technique est très présente, elle est très importante (vous en doutiez ?), mais elle est le moyen, le servant, le Lancelot de Guenièvre, le d’Artagnan de la Reine, J’y reviendrai.

Trop souvent les équipes estiment que la part technique est trop grosse pour être dissimulée sous une demande métiers. C’est généralement, d’après mes observations, un manque d’entrainement, un manque d’habitude, et surtout un manque d’à propos et d’acquis concernant l’approche souvent itérative de l’agilité. Je n’obtiens jamais de justification intéressante concernant une user story technique. C’est, je crois me souvenir : toujours jusqu’à présent, un aveu d’échec (dans le sens ou cela nous détourne de la culture agile).

Petite précision : avoir des écrans qui s’affichent vite, pouvoir être diffusé sur des terminaux exotiques, etc ce n’est pas de la technique, c’est bien là des points métiers : j’ai besoin de voir ma courbe se mettre à jour en temps réel de façon à …, je souhaite pouvoir consulter ces informations sur… de façon à …. . Je reviens encore aux deux exemples “ONG” employés plus haut : distribuer plus rapidement, accéder à plus de personnes, ce n’est pas technique, c’est du métiers.

Est-ce que c’est grave docteur ?

C’est un aveu d’échec, c’est dommage, cela nous titille, nous gratte, mais ce n’est pas un drame. Cela arrive, aux meilleurs comme aux autres. C’est dommage car on perd de vue une force essentielle de l’agile : délivrer de façon souvente itérative de la valeur finie (et priorisée par valeur).

L’agile c’est à mes yeux : business focus. Quand une ONG souhaite distribuer plus de sacs de riz plus vite à une population plus variée, c’est son Business. C’est son métier. Et mon rôle d’agiliste c’est de débloquer, de mieux activer, ces sources de valeurs. En anglais pour faire in (comme scrum ou extreme programming) : c’est business focus agile, value enabler.

Pour autant peut-on éviter systématiquement des user stories techniques. Il le faudrait, mais cela dépend des contextes (bingo). En tous cas cela devrait vous titiller, vous gratter, vous géner aux entournures, mettre des warnings en gros, en gras, flashy. Sinon à mes yeux vous perdez le sens de l’agile.

La User Story technique est morte, vive la technique !

Les profils techniques prennent trop souvent cela pour une attaque en règle, un dénigrement, à tord. Dans les faits, ceux que je rencontre apprennent vite que tout cela se tourne très vite aussi à leur avantage. A chacun son pré carré. En devenant Servant du métiers, moyen/comment du pourquoi, la technique gagne sa liberté d’exercer son art comme elle l’entend. Ca ne veut pas dire qu’elle n’a plus le temps pour faire de la technique, au contraire, cela veut dire qu’elle gère exactement comme elle le souhaite (et on espère intelligemment, efficacement, avec agilité) le temps qu’elle accorde pour répondre techniquement au mieux à cette création de valeur qui est le but ultime de la user story.

Enfin il y a de la grandeur à être le Servant, et dans la culture agile c’est un art.

Feedback !

Florian

Florian, oui je considère que “refactorer” (comme tu le décris) c’est de la technique pour de la technique. Mais ce n’est nullement dévalorisant ou inutile comme tu sembles le sous-entendre dans ma bouche. Ce n’est nullement le cas, c’est très important de “refactorer”. Mais il ne faut pas que cette valeur là, cette utilité, cette “puissance” même dirais-je soit le sujet de nos réalisations. C’est la façon indubitable de bien faire, mais pas la cible. Cela va amener de la valeur comme tu le dis, mais ce n’est pas cette valeur auquelle je fais allusion, et ce n’est pas cette valeur là qui doit mener les actions, projets, produits agiles. Pour moi cela va amener de l’efficacité, de la facilité, de la performance, mais pas de la valeur au sens métiers.

Oui de mon point de vue c’est attendre la story métiers en question qui permet de lancer ce chantier de refactoring, c’est en tous cas la meilleure des solutions à mes yeux.


Pas d'accord Stories

Philippe & Claude : on n’est pas d’accord. Très bien ! c’est votre droit le plus strict. Mais je ne vous rejoins pas sur votre analyse. Vous faîtes un catalogue des types de User Stories, une nomenclature, de choses que l’on croise. Oui. Pas de souci. Mais de mon point de vue il n’empêche que tout ce qui nous éloigne d’une user story avec de la vraie valeur (celle du product owner, des parties prenantes) est un aveu d’échec. Je ne vais pas me ré-expliquer, il suffit de relire mon point de vue plus haut, je ne dénie absolument l’importance cruciale des aspects techniques, mais je considère que faire autre chose que des user stories avec valeur pour les product owner et les parties prenantes est une déviance qui nous éloigne de nos objectifs et de notre culture agile. Et le spike que tu évoques Claude est d’autant plus une déviance qu’il ne nous fournit rien de “fini”. Donc, là comme, les user stories techniques, c’est un pis-aller (parfois nécessaire malheureusement).


Aveu d'apprentissage

Fabrice vient de proposer une belle formule.